Test : BeeWi Storm Bee (BBZ301)

test

Après le succès de sa petite voiture télécommandée en Bluetooth, BeeWi récidive quelques mois plus tard en vous proposant cette fois de vous envoyer en l’air !

Cette fois-ci, c’est effectivement à un petit hélicotpère que nous avons à faire. La légèreté est le mot maître de cette nouvelle réalisation, qui devra permettre à ce BW101 de décoller et se déplacer, tout en embarquant la puce Bluetooth et les lumières multicolores qui le font scintiller.

Voyons en détails si ce nouveau pari a été réussi. Le packaging du BeeWi Storm Bee est similaire à celui de la Mini Cooper S : simple et joli.

beewi-storm-bee-metal.jpg Soigné, le design de l’appareil se veut donc surtout pensé pour la légèreté, et ça se voit : le chassis de l’appareil est composé de petites barres en métal, alors que les pâles et le cockpit sont faits de plastique. Le cache représentant le cockpit ne recouvre d’ailleurs pas l’ensemble de l’appareil : au dessus, le système électronique de l’appareil est apparent et des fils sont à l’air libre.

A l’intérieur de la boîte on trouve le petit hélicoptère bien-sûr, mais aussi un petit câble USB (très fin). En effet, cette fois la bête n’est pas alimentée par trois piles, mais par une minuscule et légère batterie intégrée qui se recharge plutôt rapidement à l’aide de n’importe quel port USB. Il n’y a pas de témoin de charge, mais une lumière rouge s’allume sur la prise USB lorsque l’appareil est bien chargé.

beewi-storm-bee-queue.jpg On va enfin pouvoir décoller ! L’association avec votre terminal Android est vraiment facile et rapide. Il suffit d’allumer l’hélico via son bouton bascule (on/off). Ensuite vous démarrez l’application BeeWi Helipad (à télécharger gratuitement sur l’Android Market). Activez le Bluetooth, connectez l’appareil et c’est parti ! Les commandes sont à vous.

Si d’apparence l’interface de pilotage de l’hélicoptère est simple, la réalité est tout autre. La gestion de la puissance des pales (et donc de la hauteur de vol) ne pose pas de soucis particuliers, il suffit de monter le bouton tacile pour augmenter les gaz. Là où ça se gâte, c’est lorsque l’on essaie de s’en aller vadrouiller et de prendre une direction, d’aller quelque part. Le bouton de droite, sous forme de joystick tactile, permet de gérer l’orientation et l’inclinaison de l’appareil, en agissant sur la petite hélice qui se trouve à l’arrière.

beewi-storm-bee-vis.jpg Aussitôt que l’on frôle ce joystick, l’avion part très brusquement dans une direction, et pas forcément celle que l’on espérait. La maîtrise est très difficile car c’est ultra sensible. Il faut mesurer chaque millimètre parcouru sur l’écran avec son doigt, un petit écart vous fait partir en vrille en moins de temps qu’il ne faut pour y penser.

La fréquence des crash et des dérives de trajectoires réduiront bien entendu avec votre expérience, et votre pratique du pilotage. Mais les premiers décollages peuvent être frustrants : ne vous découragez pas ! Il faut aussi noter que la grande majorité des petits hélicoptères de ce genre ne sont de toute façon pas très stables, ni faciles à piloter : ce qui est normal.

Si vous le sentez, vous pouvez également essayer le mode “accéléromètre” : l’hélicoptère sera alors dirigé par vos propres mouvements, ou plutôt ceux du téléphone ou de la tablette Android. Une méthode qui peut se révéler plus précise, mais qui nécessite tout autant de pratique avant de vraiment s’amuser.

beewi-storm-bee-recharge.jpg J’aimerai mettre en garde les parents qui verraient dans le BeeWi un cadeau idéal pour un enfant. Cet appareil n’est pas destiné à être donné à n’importe quel enfant, de minuscules pièces (vis, divers morceaux) pourraient s’en échapper à tout moment. Par ailleurs, la rotation des pâles peut s’avérer très dangereuse, veillez bien à éloigner le maximum l’appareil de votre visage. J’ai pour ma part laissé un petit morceau de peau provenant d’un doigt, même en faisait très attention, j’ai ripé sur la jauge de gaz (tactile) pendant que je récupérais l’appareil avec l’autre main. Soyez donc vigilant malgré tout.

Le BeeWi Storm Bee est au final un produit amusant et original, de part son fonctionnement en lien avec un terminal Android. Malheureusement, il restera assez difficile à prendre en main, fragile si l’on fait n’importe quoi avec et surtout plutôt cher. Mais si vous avez l’occasion de vous le procurer pour une dizaine d’euros, c’est un objet amusant à essayer !

Merci à BeeWi pour nous avoir fourni un Storm Bee. Nous vous proposons de le gagner dans le concours Android Games de ce mois-ci !

  • beewi-storm-bee-back
  • beewi-storm-bee-cockpit
  • beewi-storm-bee-electronique
  • beewi-storm-bee-equilibre
  • beewi-storm-bee-metal
  • beewi-storm-bee-queue
  • beewi-storm-bee-recharge
  • beewi-storm-bee-rouge
  • beewi-storm-bee-usb
  • beewi-storm-bee-vis
  • beewi-storm-bee-warning
  • L'originalité
  • La simplicité de l'association en Bluetooth
  • Le prix parfois élevé
  • Nécessite pas mal de pratique avant de vraiment savoir où l'on va

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.