Test : Helidroid 3B

test

A peine le temps de reboucler les ceintures, et MH Production nous envoie en l’air une nouvelle fois encore dans ce dernier épisode de Helidroid. Pour ceux qui ont réussi à passer outre les précédents épisodes (entre-autres Helidroid 3 et Helidroid), rappellons que Helidroid est un simulateur d’hélicoptère radio-commandé dans lequel vous aurez à cœur de remplir de petites missions, dans un environnement ouvert.

Les habitués de la série ne seront pas trop perdus en arrivant dans ce dernier volet, puisqu’on retrouve ici la villa de Helidroid 3, qui a néanmoins subi quelques travaux d’aménagement intérieur, cependant assez minimes.

Les commandes elles aussi n’ont pas changé : un curseur pour gérer votre altitude et un autre pour diriger votre appareil dans les couloirs de la maison. Les différents hélicoptères possédant des accessoires sont toujours au programme, notamment le lance-missile et la mitraillette, l’aimant, le mode canadair ou la ventouse.

Oh là ça va être tendu !

Oh là ça va être tendu !

C’est grâce à tous ces petits gadgets que vous allez pouvoir mener à bien les 18 missions de ce nouvel opus. 18, c’est beaucoup et peu à la fois. Les objectifs sont variés, ça va de la chasse aux pigeons au sauvetage en mer, en passant par le traditionnel passage de cerceaux, sans oublier l’extinction des bougies.

Tiens ça donne l'idée d'essayer avec un vrai PicooZ (au risque de cramer la baraque, certes).

Tiens ça donne l’idée d’essayer avec un vrai PicooZ (au risque de cramer la baraque, certes).

Si l’on retrouve et apprécie toujours la physique très réussie qu’on connaissait déjà dans Helidroid 3, de petites nouveautés font leur apparition, comme une mission nocturne et même la conduite d’un bateau durant une très brève traversée de la piscine.

On reste tout malgré tout largement sur notre faim lorsqu’on vient (extrêmement vite) à la 18ème mission “bonus”, qui se bouclera pour la plupart des joueurs du premier coup. Et puis plus rien (si ce n’est recommencer les missions précédentes pour décrocher les trois étoiles).

Quand est-ce qu’on décolle (vraiment) ?

La mécanique de Helidroid est désormais excellente puisque c’est la même que l’on retrouve depuis le moteur de Helidroid 3. Seulement voilà, on se pose réellement la question suivante : pourquoi diable proposer une énième variante de Helidroid sur le Play Store (ça en fait désormais huit au total !) alors que ce jeu n’est réellement qu’un petit pack de niveaux supplémentaires pour Helidroid 3 ?

helidroid-3-part2-bateau

La conduite de bateau était une bonne idée, mais la phase est tellement courte !

Même son nom “Helidroid 3B” va dans ce sens, et j’avoue qu’en dehors de modalités techniques qui nous échappent, rien ne justifiait le fait de créer une nouvelle copie de Helidroid avec de nouveaux niveaux, aussi bons (mais aussi courts) soient-ils.

Le principal défaut que je reprochais à Helidroid 3 (dans mon test en février dernier) était le manque de contenu et une durée de vie bien trop courte. Je dois reconnaître que ce jeu possède donc en tout points les qualités et défauts de ce dernier, avec des missions à peine différentes. La notation est en conséquence, mais j’espère à présent que Helidroid passera enfin à la vitesse supérieure, avec de vraies nouveautés (ou bien des mises à jour telles que ce jeu aurait dû finalement l’être).

Dans l’absolu, c’est un excellent jeu, mais en réalité c’est un clone de Helidroid 3 avec des missions légèrement différentes : rien ne justifie alors que les deux soient proposés comme deux jeux séparés, d’autant que les nouveautés sont minimes. Néanmoins, ne tenez pas compte de cette note si vous n’avez pas encore fait la découverte de Helidroid !

Testé par Florian Duval • 54%
  • Toujours entièrement gratuit
  • Pas de grosse pub saoulante
  • Toujours aussi fluide
  • Une petite update plutôt qu'un vrai nouveau jeu...

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.