Test : Call of Cookie

test

Lorsque je choisis un jeu à tester, cela se fait, en général, de la manière la plus naturelle qui soit. Ayant carte libre et cartes en mains (merci Florian !), je me laisse alors aller au hasard des « clics » de souris, et des « tap » de doigts. Avec joie. Avec tristesse. Là, je dois vous avouer que ce qui m’a d’abord attiré dans Call of Cookie demeure son nom. Un jeu de mots assez débile, du genre que j’affectionne particulièrement. Un art auquel j’essaye d’initier, avec plus ou moins de succès, notre rédacteur en chef favori (bisous Florian !).

Mais le choix ne se base pas uniquement sur ce critère. Heureusement d’ailleurs. Ici, la notion de géographie a eu aussi un impact certain sur mon choix, car ce jeu vient de ma région : le norrrdddd. Tel un Pierre Bachelet des temps modernes ou un Enrico Macias revenu à la mode, le studio Ankama (est-il nécessaire de préciser leur pédigrée ?) est un peu le fleuron de la région en matière de réussite. Dans le milieu des jeux vidéo, bien entendu. Ces touches à tout, dont le succès est mérité quoique l’on en dise, s’intéresse (enfin) aux plateformes mobiles. Pour notre plus grand bonheur ? C’est tout ce que l’on peut leur souhaiter et nous souhaiter également.

La cuisson est bonne

Call of Cookie 3

Ce qu’il faut savoir en cuisine, c’est que le premier aspect de ce qui sort du four est important lorsque l’on est invité. Ainsi, même si votre gâteau est bon, les gens n’en voudront pas s’il ressemble à un « kloug ». Parce qu’un « kloug », même bon, visuellement, cela ne vaut pas un clou et encore moins un clou de girofle.

Heureusement, Call of Cookie a été démoulé juste comme il le fallait, suite à une cuisson à bonne température dans un four de fort bonne facture. Si bien qu’il sent aussi bon qu’il est agréable à l’œil. Bien sûr, vous n’aurez pas à faire à une fabuleuse pièce montée faite de choux au caramel et que l’on présente au mariage, mais à une belle forêt noire, gâteau très difficile à réaliser s’il en est.

Pour ceux qui n’auront pas digéré la métaphore précédente : le jeu est mignon, pas d’une technique qui fera cracher ses tripes au GPU intégré à votre engin, mais suffisamment bien léché pour ne pas froisser l’œil. Tout en 2D, bien animé, avec des sprites plus débiles les uns que les autres (au bon sens du terme), avec une musique d’une harmonie drolatique qui vous rentrera rapidement dans le crâne, Call of Cookie représente du bon travail de la part (de gâteau) d’Ankama. Guère surprenant.

Balancer des tartes avec des biscuits

Call of Cookie 2

Sous ce titre assez simpliste mais suffisamment explicite se cache la réalité du jeu, c’est dire s’il est aussi barré que du chocolat. Après un tutorial où les auteurs étalent leur humour comme de la confiture sur une tartine, vous vous trouvez sur la table à manger d’attaque, avec vos petites sucreries animées.

Car, oui, elles sont animées. Vous êtes un super-héros, débutant, avec un costume aussi ridicule qu’amusant. Comme tous les super-héros que vous allez rencontrer, vous avez la faculté de confronter vos sucreries car, et ils vous le diront eux-mêmes, c’est plus agréable de faire valoir, ainsi, ses pouvoirs que de démolir les immeubles adjacents à votre faculté de super-héros. Ambiance gélatineuse s’il en est.

Les affrontements se font en deux parties distinctes : vous choisissez, dans votre boîte à biscuit, ceux qui seront sur la table de bataille, après avoir étudié, avec minutie, ceux de votre adversaire. Puis, vous les regardez se mettre en miettes, sans intervention de votre part. Toute la stratégie est calquée sur ce bon vieux principe du pierre-ciseau-feuille. Vos biscuits, appelés ici Freakies (non pas comme les croquettes de chat) ont chacun leurs particularités propres et développés dans un type d’attaque particulier (air, sol, distance). Il vous faudra donc apprendre à les reconnaître ainsi qu’à connaître leurs bonus et malus selon le type de Freakies adverses rencontrés. Cela paraît simple, dit comme cela, mais sur certains niveaux, la réflexion sera de mise, et il vous faudra plus qu’un coup de pâte pour vous en sortir.

C’est à la taille de son rouleau que l’on peut voir si le cuistot en impose

Call of Cookie 5

La recette est simple, originale dans sa conception, et, gustativement parlant (si, si, ça se dit…ou pas) intéressante. Néanmoins, et ce, afin de rendre le sucre du jeu encore meilleur, les concepteurs ont eu l’excellente idée de nous impliquer davantage dans la conception de vos petits gâteaux rigolos et énervés. En effet, votre rôle ne sera pas seulement de les faire concourir contre autrui, mais aussi de les concevoir. Ce sera derrière les fourneaux que cela se passera.

Lorsque vous démarrerez l’aventure culinaire, pour vos premiers combats, les Freakies vous seront donnés. Par la suite, et grâce à vos performances que j’imagine exceptionnelles, vous ramasserez des ingrédients sur la table de bataille. En les couplant ensemble sur une pâte que vous aurez à étaler, vous pourrez créer de nouveaux Freakies, pour peu que vous trouviez la bonne formule pour la recette ainsi que les chances d’optimiser votre cuisson. Car si tout est fait en dépit du bon sens, vos recettes vont se prendre un véritable four.

Vous pourrez, bien entendu, acheter, des ingrédients dans une boutique en ligne, si vos résultats ne sont pas convenables. Et de nouveaux moules afin de créer de nouveaux Freakies. Mais sachez que, pour vous amuser et tirer tout le sel du jeu, ce passage est aussi dispensable que du beurre de cacahuète sur une tranche de brioche déjà remplie de pâte à tartiner chocolatée.

Si votre estomac demeure accroché, et que vous n’êtes pas soumis régulièrement à des crises de foie, Call Of Cookie demeure un excellent goûter pour votre quatre-heures. Ankama a encore vu juste. Il faut dire qu’ils avaient sans doute tous les ingrédients en main pour réussir. Idée originale, réalisation impeccable dans le genre, potentiel hautement addictif, tout en français, bourré de références drôles… De bons ingrédients dignes d’une truffe, et il fallait avoir du nez pour les assembler ainsi. Des tels cuistots se doivent d’être félicités, car, avec eux, vous êtes sûr de ne point être chocolat en téléchargeant leur dernière œuvre.

  • Call Of Cookie 1

    Des boîtes de biscuit qui vont s'ouvrir telles des boites de Pandore

  • Call Of Cookie 2

    Bat Taste : un jeu de mots de mauvais goût qui fait aussi référence au premier film de Peter Jackson

  • Call Of Cookie 3

    Une bataille rangée qui va terminer en miettes

  • Call Of Cookie 4

    Chaque Freakie a ses statistiques propres

  • Call Of Cookie 5

    La cuisine, ça fait in (comme le café) !

  • Call Of Cookie 6

    Si, ça va sentir le brûlé pour toi

Testé par J.Canonne • 89%
  • Drôle
  • Addictif
  • Bien foutu
  • Original
  • Boutique en ligne
  • Pas de barrette de chocolat livrée avec le jeu
  1. Hello
    Juste pour dire que j’adore le travail fait par le rédacteur pour les tests.
    De l’humour et une bonne information , un régale pour les yeux.

    Bonne continuation

    Florian ( oui je sais j’ai un nom de famille très proche mais ne pas confondre ! 😉 )

    • Salut Florian,

      Sache que ton message est particulièrement apprécié par le modeste testeur que je suis ;=)

      N’hésitez pas d’ailleurs à en mettre de plus en plus du même acabit afin de gonfler davantage encore mon ego ;D

      Bonne continuation.

    • Hello !

      Mon presque-homonyme qui vient (à juste titre !) complimenter la qualité de rédaction de la super recrue de l’année. Voilà un commentaire qui fait super plaisir ! 🙂

      Merci Florian !

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.