Test : Yesterday

test

Petite leçon d’histoire aujourd’hui : le « point and click » est né dans les années 80 (en même temps que les succès mérités de David et Jonathan, ce qui est un gage de qualité, ou pas) et a connu un vrai tremplin durant les années 90 jusqu’à pratiquement plonger dans les abîmes de l’oubli durant les années 2000 à 2010. Triste réalité, n’est-il pas ? Heureusement, de nouveaux studios ont bien compris que ce genre de jeu avait encore leurs mots à dire et leurs pixels à cacher. Qu’ils en soient bénis !

Que soit bénie l’équipe de Bulkypix ! Ces petits frenchies (cocorico !) décident l’édition de Yesterday, un point and click à l’ancienne, mais pas d’un point de vue ergonomique. C’est bien connu, les français savent y faire quand ils le veulent. Et ce studio ne déroge pas à la règle en mettant nos petits doigts, non pas en face d’une punition, mais d’un jeu d’aventure, classique, à première vue, mais surtout démoniaque.

Tu tires ou tu pointes ? Non, je pointe et je clique !

Dire que c’est un petit bonheur que de retrouver un « point and click » sur Android est encore loin de la vérité. Car, force de reconnaître que ce support s’adapte à merveille au genre.

Yesterday 1Dans les mains expertes de Bulkypix, cela toucherait même au divin. Tout se coordonne parfaitement au niveau de l’interface, même s’il demeure à souligner que, sur un petit écran, la sélection des objets peut s’avérer fastueuse. Néanmoins, tout a été pensé pour que le plaisir du jeu soit optimal. Vous trouverez ainsi un bouton « Aide » qui vous permettra d’avancer si vous vous sentez bloqué, ainsi qu’un autre bouton, bien pratique, qui vous montrera, à l’écran, les endroits ainsi que les objets avec lesquels vous pourrez interagir.

Ainsi, à mon plus gros étonnement, je dois l’avouer, le tactile se marie fort bien au jeu, et lui donne même une souplesse que beaucoup de gymnastes russes lui envieraient. En outre, et pour parfaire le tout, techniquement parlant, Yesterday est un véritable régal. Entre les environnements soignés, les cinématiques inspirées, et les musiques angoissantes, tout est là pour donner du cachet à cet œuvre, et à l’histoire, sans pour autant avoir à prendre de l’aspirine.

Yesterday, All my troubles seemed so far away

Yesterday 8Enfin, pas tout à fait comme dans la chanson des Beatles, voire pas du tout. Car des problèmes dans Yesterday, vos personnages vont en avoir et pas qu’un peu. Surtout le héros d’ailleurs. Afin de ne pas trop dévoiler l’histoire, et vous faire perdre, ainsi, le bonheur de la découvrir, sachez juste que tout commence après une série de meurtres sur des sdf, perpétrée dans la ville de New-York. Deux acolytes (pas portés sur la boisson), un certain Henry White, fils de milliardaire et son ami Cooper vont enquêter sur les dits meurtres.

Tout ceci n’est, bien sûr, que le commencement, et vous retrouverez rapidement dans la peau de celui qui investira vraiment le cœur de l’action : Monsieur Yesterday, qui ne connaît guère les lendemains qui chantent, puisque victime d’une amnésie. Amnésie qui sera temporaire, comme vous pouvez vous en douter.

Je n’en dirais pas plus. Parce que je suis vil par nature, même si j’habite la campagne. A la limite, et quitte à dépasser un peu les bornes, tout juste puis-je vous dire que cette histoire mêlera humour noir (parfois), thriller (souvent), horreur (souvent), clins d’œil (souvent), et énigmes (bien évidemment), et qu’elle demeure complète, d’une grande intensité, malgré sa faible durée de vie.

En effet, pour les plus aguerris, seules quelques heures seront nécessaires pour en voir les multiples fins possibles. Bien entendu, il y aura bien quelques passages de bravoure qui vous feront frémir, de plaisir. Je pense notamment à <spoiler>, sans compter cette magnifique <spoiler>, et à cette énigmatique <spoiler> qui vous obligera à <spoiler> et à <spoiler>. Oui, je sais, je suis fourbe. Certains diraient même que j’ai beaucoup de spoils dans la main, mais pour en découvrir plus, il vous faudra télécharger ce jeu !

Car, oui, il faut télécharger Yesterday, pour ces multiples qualités et son ambiance délectable. En anglais parlé, mais sous-titré en français (une aubaine), disponible gratuitement en échange de l’affichage de publicités (un peu lourd parfois), ou payant pour 0.99 euros, Yesterday vaut son pesant de cacahuètes et fera un parfait apéritif pour ceux qui ne connaissent pas le genre, et aussi pour ceux qui en sont adeptes. Yesterday est une valeur sûre ! Et n’attendez pas demain pour le tester !

Testé par J.Canonne • 87%
  • Réalisation
  • Ambiance
  • Scénario
  • En français
  • Un peu court
  1. C’est vrai qu’il est étonnant de ne voir que très peu dePoint’n’Click sur Android alors que cette plateforme peut parfaitement s’y prêter. Merci pour ce test, je vais m’intéresser de près à ce titre français

  2. Tu peux y aller les yeux fermés ;=)

    Ta remarque est pertinente. Même si je ne suis sur cette plateforme que depuis peu, j’éprouve les pires difficultés à en trouver sur le Playstore (il faudrait peut-être que Google revoit un peu son mode de recherche sur le store). D’ailleurs, si il y a quelques titres dans ce genre que tu aimerais voir tester, n’hésite pas à le faire savoir.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.