Test : Trolls vs Vikings

test

Parfois notre store (et ceux des autres univers également) ressemble à s’y méprendre à une bataille tirée de la guerre des clones. Dès qu’un jeu marche, on voit, irrémédiablement, fleurir une série de copies dans les semaines voire les jours suivants. Et, malheureusement, ces copies sont mauvaises. Et, malheureusement parfois, les originaux étaient mauvais. Prenons l’exemple, et quel exemple, de Flappy Bird. Vu le succès, incompréhensible vu que le jeu est aussi agréable que de regarder un chien déféquer dans la rue, de ce dernier, les suiveurs n’ont pas arrêté de sortir leurs clones, aussi « intéressants » que le premier. Le succès appelle le succès, comme l’on dit. On n’eût préféré ne point avoir à la dire, mais soit. Donc, comprenez bien l’inquiétude qui a submergé votre serviteur lorsqu’il se sentit dans l’obligation de tester un clone de Plants vs Zombies, à savoir, Trolls vs Vikings du studio Megapop Games.

La mythologie nordique m’a toujours fasciné, ce qui m’a aidé dans mon choix. Et puis, lorsque je me suis aperçu qu’il s’agissait d’un « PvZ like », je me suis dit que je n’avais pas fait ce choix à Thor et à travers. Pourtant, la méfiance était mienne. Je ne voulais certes pas jouer le corbeau si cher à Odin, mais quand l’on exploite une idée déjà exploitée par le passé, généralement, les studios se viandent littéralement et nous sortent une énième daube. C’est un triste constat qui, malheureusement, a tendance à prendre racine. Ainsi, j’avais bien envie de voir ce Trolls vs Vikings me faire mentir. Attention, je certifie que ce test est livré sans Trolls. Ou pas…

Un concept qui ne reste pas de marbre

Eh oui, une concept, plusieurs fois exploité, ne devrait jamais resté gravé dans la pierre comme les Trolls, mais se devrait d’évoluer dans le bon sens. Le problème est de conserver le concept original en ajoutant un peu d’originalité afin de supplanter l’original et de prendre sa place. Vous me suivez ? Non ? Ce n’est pas grave. Si vous voulez, c’est un peu être le calife à la place du calife.

D'ici peu les chamans feront cracher l'électricité détenu dans l'air, de quoi se relaxer.

D’ici peu les chamans feront cracher l’électricité détenu dans l’air, de quoi se relaxer.

Pour ce faire, il faut tout de même garder la bases de l’originel. Et, heureusement, nous sommes en présence d’un véritable tower-defense, un genre pour le moins fort répandu sur le Playstore. PvZ avait eu le don de donner un grand coup de pied dans le genre. Et, malheureusement, il n’en sera pas de même pour cette confrontation nordique, car très proche de son inspiration.

En effet, remplacez simplement nos pierres par des fleurs et nos zombies par des vikings (ce sont nos amis d’Europe du nord qui vont être contents de cet amalgame), remuez un peu et hop, vous avez Trolls vs Vikings. Je sais, je suis dur comme de la pierre, et inflexible comme un dolmen, mais  il y a un peu de vrai dans tout ça. Néanmoins, on ne peut pas dire que le jeu ne possède pas sa propre identité.

Trolls vs Vikings : ne pas leur jeter la pierre

Dès les premières secondes du jeu, suite à une chouette introduction style BD, on sent tout de suite le potentiel. Un potentiel hérité certes, mais tout de même un potentiel. Un village troll est envahi par des vikings à la recherche d’or. Devant ces vagues déferlantes de têtes cornues et d’épées, les trolls décident donc de se protéger. Pour ce faire, ils doivent récolter des pierres de lune afin de recruter de nouvelles troupes pour le champ de bataille. Ce dernier évoque furieusement celui de PvZ avec son placement en ligne. Le reste aussi d’ailleurs…

Cool, le jeu est en français! Moins cool, le jeu est un peu vulgos, attention à vos enfants !

Cool, le jeu est en français! Moins cool, le jeu est un peu vulgos, attention à vos enfants !

Les attaques incessantes des vikings notamment, avec leur faculté innée d’aller droit devant eux pour la plupart. Leur manière d’avancer, très lente, alors qu’on les imaginait beaucoup plus incisifs, qui indique clairement leur abus de boisson alcoolisée. Leur absence d’IA qui rend le challenge pas si challenge que ça, finalement. Bref, vous l’aurez compris, les mécanismes de jeu sont clairement pompés sur PvZ : vous protégez votre village, et, les vagues d’ennemis vaincues, vous passez au niveau suivant en découvrant de nouveaux trolls. Certains seront très surprenants comme le Dragon troll ou bien encore la brute épaisse, laquelle peut être dirigée sur le terrain de jeu, vers n’importe quelle destination libre. On voit ici que les mecs de Megapop Games ont essayé de se démarquer un peu. Sans doute trop peu.

Néanmoins, malgré le peu de surprises réelles, le système de jeu fonctionne plutôt bien, car on devient très vite accro à nos petits trolls. On vient même à les chérir, ou devrais-je dire plutôt, à les polir. Il faut dire que la réalisation, sans être le top of the pop des réalisations tient suffisamment bien la route pour rendre l’action lisible, et agréable à regarder. On conserve un peu le côté BD des personnages, très sympathique, mais on perd un peu du côté des animations, trop découpées pour paraître d’une fluidité exemplaire, la faute à un nombre limité d’images par sprite. Pourtant, on est en terrain ultra-connu, et on ne parvient pas à être déstabilisé dans le mauvais sens du terme.

Pierre, qui roule, amuse mais glousse

Dire que l’on ne s’amuse pas dans Troll vs Vikings serait mentir, et saypabiendemantir comme dirait ma gamine. On joue, on avance, on se marre, bon un peu moins que dans PvZ premier du nom, mais on se marre quand même, même si on n’est pas des canards. N’empêche qu’il y a beaucoup de « couacs » dans ce jeu.

Un petit truc sympa : le wikipédia du Troll

Un petit truc sympa : le wikipédia du Troll

Là, vous allez me dire : « On va encore avoir droit à son sermon à la con sur les boutiques ingame et autres joyeusetés ». Et vous n’aurez pas tort. Mais bon, maintenant, vous me connaissez. Il en sera donc ainsi. <Commence à éclaircir sa voix>. Non mais enfin les enfants, ces boutiques là, ce ne sont pas les boutiques d’antan, c’est de la merdeeeuuuuu ! Je sais, cela fait un peu Jean-pierre Koffe, mais c’est voulu. Et puis, au moins, le message est clair, d’autant plus clair qu’en plus de la dite boutique on vous invite (incite ?) à faire appel régulièrement à vos amis sur Facebook. C’est dommage mais je n’en ai pas…De plus, par le biais d’une publicité que l’on acceptera ou non, on vous offre de l’argent utilisable au sein du jeu. Ce n’est pas que l’on est assailli de toute part, mais presque. J’eus préféré, et je ne suis pas le seul j’en suis certain, que l’on paye un véritable prix plutôt que ce harcèlement qui pousserait presque à porter plainte. Surtout pour un jeu que l’on a déjà vu.

Car malgré les quelques efforts distillés ici et là pour essayer de faire oublier PvZ, son fantôme plane, sans cesse, sur Trolls vs Vikings. Trop de similitudes, pas assez de prises de risques. Trop de facilité ? Peut-être. Un terrain de jeu agrandi aurait été un plus. Un nouveau système de jeu avec de nouvelles implantations de challenge aurait été un plus. Plusieurs directions à sauvegarder des envahisseurs aurait été un plus. Ce ne sont pas les idées qui manquaient, et ce ne sont pas ces idées qui auraient trop alourdi le bon travail déjà accompli. Voilà, ce qui blesse le plus, et qui vous tombe dessus comme un rocher sur la tête, est le manque d’originalité.

Gratuit (jusqu’à un certain point et une certaine morale), en français, Trolls vs Vikings demeure un bon « PvZ like ». Pour ceux qui ont terminé ce jeu culte ainsi que sa suite, il reste une alternative intéressante. En revanche, pour les plus exigeants qui, comme moi, vénéraient le précité (surtout le premier) pour sa spontanéité et son esprit jovial, il s’agit juste d’un jeu de plus. Attention, un bon petit jeu quand même, qui vous fera passer le temps, mais juste un jeu de plus finalement dans le royaume des tower-defense. Et c’est fort dommage car l’essai était presque transformé. Néanmoins, devant son manque d’originalité flagrante et son côté presque copie carbone, malgré quelques louables nouveautés, il ne restera pas longtemps dans mon logithèque Android. La faute à des développeurs trop fans sans doute de l’œuvre originelle et originale. Comme quoi, la passion n’est pas souvent source de vertu. 

Testé par J.Canonne • 67%
  • Graphismes sympathiques
  • Jeu en français
  • Assez cool à jouer du fait d'une prise en main rapide
  • Animation saccadée
  • Manque cruellement d'originalité
  • Un air de "qui-vous-savez" trop voyant
  • Impression de vous pousser à claquer du flouze par tous les moyens bien trop présente

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.