Test : Slingshot Braves

test

Je dois vous avouer une chose : je ne suis pas un fan absolu des mangas et de leur univers. Oh, il existe quelques bricoles récentes qui ont retenu mon attention (Elfen Lied, Ergo Proxy, Monster, entre autres), et d’autres beaucoup plus anciennes qui me clignent encore, de temps en temps, de l’œil (Ken le survivant, Cobra). Mais, l’univers du manga demeure, pour moi, un univers dans lequel j’ai toujours du mal à m’investir. Et je ne parle même pas de ce qui est Kawaii et choupigninounet. Les intégristes me lanceront la pierre, en me disant « t’es ouf, mec ! T’y connais rien ! ». C’est possible, mais les goûts et les couleurs…

Les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas. Enfin si. Mais pas toujours. Enfin si. Mais ça dépend avec qui. Ou avec quoi (quand la personne ne ressemble à rien). Mais, le kawaii, ce n’est vraiment pas ma tasse de thé, ni ma tasse de café. Cela me donne envie de prendre une moto, une kawaiisaki, et de fuir loin, très loin. Pour autant, ma curiosité étant plus forte que le reste, je me laissai alors tenter par un nouveau jeu aux graphismes japonais chocobisouiffiants, mélangeant stratégie ainsi qu’action : Slingshot Braves des studios Colopl, Inc. En priant que cela me plaise, curiosité rimant, pour ma part, souvent avec rugosité. Mais aussi avec objectivité.

Mangamin ?

Slingshot Braves 6

L’une de mes plus grandes craintes était de tomber nez à nez avec un jeu pour gosse (au sens non péjoratif du terme), un jeu avec plein de couleurs, rempli de personnages avec plein de couleur, de décors avec plein de couleurs, des combats plein de couleurs ainsi que des menus plein de couleurs. Bref, la grosse crainte de me retrouver devant un arc-en-ciel à défaut d’un arc de scène qui me mettrait dans l’ambiance.

Au début, il y avait un peu de ça. Et je dus me faire courage ainsi que folie pour continuer au bout de cinq minutes. Mais je le regrettai pas un instant, tant, finalement, je parvins à m’acclimater à la température ambiante (vous me direz, c’est assez aisé pour moi, étant donné que j’habite le nordddddd) et à trouver le jeu mimi. J’étais pris dans cette spirale infernale, les yeux aussi grands que les personnages des fameuses bandes dessinées japonaises.

Entre les graphismes typés (où vous pourrez voir de fort jolis dessins et planches), les personnages en cel-shading, un peu rectangulaire certes, mais pas moches pour un sou (ni pour deux), et des décors changeants bien qu’aux textures un tantinet baveuses sur certains champs de vision, Slingshot Braves se situe dans la bonne moyenne. Seule la musique un tantinet pèle-bonbons viendra tenir un peu le tableau. Néanmoins, l’ensemble demeure agréable, bien que sans surprises. Des surprises, il va falloir aller les chercher dans le gameplay !

Un jeu qui demangaka rebondir

Slingshot Braves 5

Et pourtant au début, rien ne semble sauter aux yeux, tel un petit pois. En effet, après un tutorial plutôt bien fait et intuitif, et la création de votre personnage principal, empruntant ainsi quelques éléments aux RPGs, on se retrouve directement sur un menu qui fera irrémédiablement penser aux Spririt Stones et autres clones du genre. Un plagiat volontaire ? Peut-être. Mais, il faut reconnaître que l’on prend vite ses repères. Ce ne sera pas là le seul point commun.

En effet, on oubliera, comme pour le jeu précité, le scénario, inexistant, pour se consacrer sur le contenu. Un contenu des plus versatiles, mais pas volatiles, puisque l’on ne vous prend ni pour un poulet ni pour un pigeon, malgré la boutique en ligne, laquelle ne demeure pas indispensable pour votre progression ainsi que votre amusement.

Là où les autres jeux vous feront collectionner des cartes, après moultes combats (et non pas moultes frites), Slingshot Braves vous fera plutôt collectionner armes et équipements. Vous aurez le loisir de les faire évoluer, au fur et à mesure des adversaires vaincus, qui délivreront, bien malgré eux, des matériaux que vous pourrez utiliser à l’aide d’un crafting ultra basique. De plus, il vous sera également possible de fusionner certaines armes entre elles afin d’en tirer une puissance supplémentaire.

Mais, tout ceci n’est, finalement, que du détail, car le cœur véritable du jeu réside en son système de combats et de combos. C’est là que réside son originalité. Au lieu de donner dans le système simple de cartes ou de grilles où il faut, bien souvent aligner des symboles identiques, Slingshot Braves opte pour une légère dose d’action qui lui sied à ravir. Ainsi, sur le champ de bataille où sont disposés vos héros, une vrai dynamique est nécessaire afin de vaincre l’infortuné qui a eu l’audace de vous défier. Chaque personnage a ses caractéristiques propres (et un coup spécial), mais une seule manière de procéder subsiste.

Slingshot Braves 3

Comme dans Angry Birds, il faut envoyer le personnage sur sa cible afin de lui infliger des dégâts, en utilisant même parfois les limites du terrain pour y parvenir. Bien entendu, il est possible de multiplier les dits dégâts en exécutant des combos ou en prenant votre adversaire par l’arrière (bande de petits pervers, je vous vois venir), si bien qu’une stratégie s’installe très vite. Et c’est en cela que demeure le sel du jeu et qui le rend si poivré, et très différent, d’un point de vue gustatif, de ceux qui l’ont inspiré. Novateur ? Presque, et c’est un très bon point, car l’amusement est aussi décuplé que les combos utilisés. Il l’est également en coopération (quand les serveurs ne morflent pas tel un nez enrhubé)…

Gratuit, avec une boutique d’achat dispensable dans laquelle je ne vous conseille pas de dispenser vos deniers, totalement en anglais, légèrement novateur et amusant, Slingshot Braves n’est certainement pas le jeu du siècle et encore moins le jeu de l’année. Très (trop pour certains) typé manga kawaii, il pourra vous amuser de manière épisodique, ce qui, par les temps qui courent, malheureusement plus vite que vous (pensée philosophique du jour), est un plus indéniable. Encore faut-il aimer ce genre de jeu dit de collection et supporter la nécessité d’avoir une connexion internet permanente afin de pouvoir en profiter (abonnement 3G obligatoire si vous n’êtes point chez vous). Si tel est le cas, allez-y les yeux fermés. Pour les autres, allez voir un épisode de Ken le survivant !

  • Slingshot Braves 1

    Ce menu qui rappelle bien des choses.

  • Slingshot Braves 2

    Des dessins mimi tout plein !

  • Slingshot Braves 3

    La fiche de perso pour la petite note RPG

  • Slingshot Braves 4

    Le système de craft qui aurait du avoir plus de poids dans la balance

  • Slingshot Braves 5

    Et ça combote !

  • Slingshot Braves 6

    Elle doit faire mal, cette lance, dans l’œil...

  • Slingshot Braves 7

    Ken survivannnnt de l'enffferrrrrr....oups...J'm'a trompé...

Testé par J.Canonne • 78%
  • Qualité esthétique générale
  • Original
  • Assez addictif
  • Fun
  • Obligation d'une connexion permanente
  • Jeu en co-op encore un peu en carton
  • Peut être rébarbatif à forte dose
  1. Bonjour,

    Etant un gros jouer de slingshot, je suis évidement très déçu depuis que le jeu a été abandonné.

    Je me disais si vous connaîtriez pas un autre jeu dans le style (graphisme, gameplay) de Slingshot !

    Merci

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.