Test : Pocket Trains

test

Enfin ! J’en avais enfin fini avec Pocket Planes, je n’y jouais plus, je ne voyais plus ses notifications, je ne faisais plus voler mes avions, je n’y pensais plus toute la journée : j’étais enfin guéri ! Oui, mais voilà. NimbleBit vient de sortir sur Android la déclinaison ferroviaire, logiquement nommée Pocket Trains. Il n’en fallait plus pour faire une rechute…

On comprend rapidement que Pocket Trains reprend tous les ingrédients de la recette Pocket Planes, tout en modifiant l’assaisonnement. Il ne s’agit plus de gérer des compagnies aériennes, mais d’aiguiller des trains chargés de wagons en tous genres, sur fond d’une carte du monde utilisant les villes réelles.

Si vous étiez habitués à Pocket Planes, vous trouverez vite vos repères. La principale différence étant la gestion des voies de chemin de fer, puisque celles-ci ne pourront accueillir qu’un seul train, ce qui semble normal. L’idée n’étant pas forcément d’éviter les collisions (pour ça, voyez plutôt du coté de Trainz Trouble) mais bien de gérer les commandes de marchandises qui doivent transiter entre les villes.

Chaque trajet dure un certain temps correspondant évidemment à la distance du trajet, mais aussi à la puissance de votre locomotive. Coté garage donc, le fonctionnement se veut aussi simple que dans Pocket Planes, avec des morceaux de trains que vous récupérez dans les gares, que vous devez assembler par trois pour construire de nouvelles locomotives ou des wagons de carburant.

Une fois les bases comprises, vous vous prenez rapidement au jeu, gagnez des sous, débloquez de nouvelles lignes, de nouvelles gares, achetez des locomotives, des trains toujours plus grands, la conception du jeu permettant toujours de progresser sans avoir besoin de payer (même les “tickets verts” sont faciles à mettre de coté rapidement). Le mal est fait : vous voilà totalement accroc à Pocket Trains !

Coté réalisation, le jeu reprend évidemment tout cet univers pixel-art et terriblement mignon qui a fait le succès du studio avec Tiny Tower. Il faut donc aimer les gros pixels, mais c’est tellement bien conçu et associé à une bande son réussie, qu’on ne peut que céder. Enfin, pour ne rien gâcher, ce jeu ne subit pas la surcouche “sociale” de Mobage, qui alourdissait inutilement le jeu.

Vous savez donc à quoi vous attendre. Et si après m’avoir lu, vous vous demandez qu’est-ce donc que ce Pocket Planes, essayez-le aussi ! Vous verrez, c’est pareil avec des avions. Bon après, pour votre vie sociale, il ne faudra pas m’en vouloir…

  • pocket-trains-menu

    Ce petit menu est toujours aussi mignon.

  • pocket-trains-noob

    Voici un trajet bien peu rentable...

  • pocket-trains-tuto

    "Tam! Tam! Taaadam! Le train numéro 8935..."

  • pocket-trains-animation

    L'animation de voyage est simple et réussie.

  • pocket-trains-craft

    Rassemblez les trois morceaux de chaque locomotive pour pouvoir la "crafter".

  • pocket-trains-loading

    Des chargements en tous genre vous attendent.

  • pocket-trains-map

    La gestion des rails demande bien plus d'organisation qu'il n'y paraît.

Testé par Florian Duval • 93%
  • Toujours aussi mignon
  • Toujours aussi addictif
  • Toujours aussi gratuit
  • Toujours pas en français !

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.