Test : Asus Nexus 7

test

Conçue par Google et produite par Asus, la Nexus 7 est l’un des produits phares apparus dans le monde du high-tech en 2012, au cours de laquelle elle s’est écoulée à plus de 4,5 millions d’exemplaires. Parce qu’ici il n’est jamais trop tard pour vous parler des bonnes choses, voici notre avis sur la Nexus 7 !

Une finition exemplaire

L’une des choses qui frappe avec la Nexus 7, c’est que Google réussisse à proposer un produit d’une bonne qualité avec un temps de développement assez court. L’objectif était de frapper fort : à sa sortie en été 2012, la Nexus 7 était proposée au prix très attractif de 199$ (en version 8 Go) sans pour autant rogner sur les caractéristiques.

La finition en est un bon exemple. Avec une coque assez fine (mais pas trop), plutôt légère (340 grammes) et bien solide, la Nexus 7 inspire confiance. Le format de l’écran (7 pouces) la rend vraiment mobile, sans pour autant rentrer dans vos poches (sauf à porter un baggy avec une ceinture fiable et ne pas être gêné par les coups de genou, la tablette n’est pas faite pour ça !).

Autour de l’écran (sur lequel nous reviendrons plus loin) on trouve une bonne marge d’environ 2 centimètres sur les petits cotés (et 1 centimètre sur les grands cotés) ce qui laisse une place confortable pour y placer les pouces et tenir la tablette : c’est donc un avantage plutôt qu’un inconvénient, ici sur une tablette, où la “chasse aux marges” autour de l’écran n’a pas lieu d’être.

Oui, ça donne envie d'y toucher, hein !

Oui, ça donne envie d’y toucher, hein !

La face arrière est très réussie : avec des petits “trous” et une belle inscription “Nexus” en incrustation, cette partie offre un toucher vraiment agréable et adhérent. Ça n’a l’air de rien, mais c’est très important lorsque vous tenez la tablette entre vos mains. On y trouve aussi une large bande qui fait office de hauts-parleurs. Peu de risques de “bloquer” le son avec vos mains.

Finissons le tour du propriétaire avec cette tranche grise, qui donne l’illusion du métal mais qui n’en est pas. Cela ressemble plutôt à la coque du bon vieux Nexus One et laisse d’ailleurs penser que c’est la partie qui sera abimée en premier sur votre Nexus 7 si vous n’en prenez pas soin. La prise USB se situe sur la tranche du dessous, les classiques boutons de volume et de verrouillage sur celle de droite et… c’est tout !

Petite mais costaude

Malgré son petit prix, la Nexus 7 se paie le luxe d’embarquer un processeur Nvidia Tegra 3 à 12 coeurs, en plus du Cortex A9 à 4 coeurs, idéal lorsqu’il s’agit de pouvoir profiter des jeux pour Android les plus gourmands. Après avoir joué sur quelques uns des plus beaux jeux du marché, ça se confirme : la Nexus 7 aime les jeux, elle a même été conçue pour cela. Épaulé par un petit Go de RAM, la tablette offre tout simplement le meilleur rapport performances-prix, encore aujourd’hui.

La puce Tegra 3 : loin d'être à la ramasse !

La puce Tegra 3 : loin d’être à la ramasse !

Le Tegra 4 a beau pointer le bout de son nez, la Nexus 7 est loin d’être dépassée et pourra encore vous faire jouer très longtemps. Il n’y a qu’à voir le peu de jeux actuellement “optimisés Tegra 3”, ou encore les bonnes performances des “vieilles” tablettes Tegra 2 pour s’en convaincre : le Tegra c’est beaucoup de marketing et de chiffres, mais la puissance est au rendez-vous, et pas uniquement sur la dernière génération de puces.

L’autre point fort salué à l’époque de sa sortie, mais toujours d’actualité, c’est la fluidité de la tablette. Certes, celle-ci embarquait le “tout nouveau” Android 4.1 qui apportait lui-même un gain de fluidité. Mais c’est un fait : l’interface de la Nexus 7 est très réactive, et c’est un bonheur. Cela n’est pas uniquement dû à la maturité de Jelly Bean et au processeur, mais aussi à la bonne qualité de l’écran tactile.

Un écran réactif et de qualité

L’écran, parlons-en justement : d’une résolution 1280×800 (comme la plupart des ordinateurs 13 à 15 pouces) celui-ci offre une qualité exemplaire, une saturation moins exagérée que sur les smartphones et surtout de très bons angles de vision (178°) : comprenez-là que vous n’avez pas besoin d’être “pile” en face pour voir correctement l’image, et pour une tablette (souvent regardée à plusieurs) c’est un point important.

Aujourd’hui on pourrait penser que l’écran du Nexus 7 avec 216 PPI (pixels par pouce) est tout juste dans la moyenne des tablettes 7 pouces, pourtant on peut la considérer haut de gamme si l’on compare à celui de l’iPad mini de Apple et ses 163 DPI, qui coûte près du double (petit troll au passage, c’est offert par la maison).

Connectivité : HDMI manque à l’appel !

La caméra frontale : de piètre qualité mais néanmoins pratique pour un vidéo-call Skype ou un Hangout Google+.

La caméra frontale : de piètre qualité mais néanmoins pratique pour un vidéo-call Skype ou un Hangout Google+.

Si la Nexus 7 possède tous les capteurs et éléments de connectivité classiques tels que le Bluetooth 3.0, le WiFi b/g/n, la puce NFC, le gyroscope, l’accéléromètre, le capteur de proximité, le magnétomètre, le microphone, la caméra frontale de 1.2 mégapixels et la puce GPS comme tout le monde (oups, pas sur l’iPad mini ? Ok, j’arrête…) il manque en revanche quelque chose qui pourrait rebuter les plus gamers d’entre-vous.

Je ne veux pas parler de l’absence d’appareil photo arrière, personne n’en a vraiment besoin (ah si… les possesseurs d’iPad mini ! Oui, j’arrête vraiment…) mais de l’impossibilité de brancher sa Nexus 7 en HDMI. Pour une tablette orientée jeux, et qui frise le sans-faute, c’est vraiment dommage. Non seulement pour pouvoir jouer sur le grand écran de votre télévision, mais aussi pouvoir regarder des films stockés sur votre tablette : oubliez-ça, vous n’aurez aucun moyen d’offrir une sortie vidéo à votre Nexus 7.

Carte MicroSD ? On oublie aussi.

C’est une habitude avec les produits Nexus, une habitude qui pourtant est toujours aussi gênante : l’absence de port MicroSD pour étendre la mémoire de la tablette. Cela permet à Google de pousser les acheteurs sur les versions à plus haute capacité, qui sont beaucoup plus rentables pour lui. En effet, avec 50 euros de différence pour 16 Go de plus (qui ne coûtent en réalité pas grand chose de plus à produire) cela permet de dégager une marge bien plus importante. La version 8 Go proposée au début de la commercialisation était, pour le coup, vraiment limitée en capacité (elle n’est désormais plus disponible).

Aujourd’hui, la version 16 Go (déjà bien suffisante pour la plupart des utilisateurs) est proposée à 199 euros, il vous en coûtera 249 pour la version 32 Go. Une version 32 Go avec HSPA+ à 299 euros sera bien utile si vous comptez avoir accès à internet partout avec votre Nexus 7 (même si le partage de connexion avec votre smartphone est une solution moins onéreuse !).

Une bonne autonomie… si vous ne l’utilisez pas !

Je viens de recevoir la dernière mise à jour Android 4.2.2 : apparemment, l'autonomie serait améliorée.

Je viens de recevoir la dernière mise à jour Android 4.2.2 : apparemment, l’autonomie serait améliorée.

Un dernier point négatif concernant cette Nexus 7, mais aussi à peu près tous les autres smartphones ou tablettes actuels, c’est celui de l’autonomie. On aura beau dire, aucun produit n’est aujourd’hui capable de proposer une autonomie digne de ce nom, à tel point que l’on s’est habitués à recharger nos produits quotidiennement, et qu’un appareil qui tiendrait deux ou trois jours paraîtrait “très bon”. Ici nous sommes sur une tablette avec 4325 mAh, qui annonce officiellement une autonomie d’environ 9-10 heures en utilisation et 300 heures en veille.

Après plusieurs semaines d’usage, je peux confirmer ces chiffres, et surtout en ajoutant un constat très flagrant : l’écran occupe une énorme part de l’énergie consommée, y compris lorsque la luminosité est réglée au minimum. Dès que l’écran est éteint, vous constaterez que la jauge de batterie ne descend que très peu (pour peu que vous n’ayez pas des applications qui se synchronisent sans arrêt !). Par contre, dès que vous lancez un jeu gourmand en 3D ou simplement que vous surfez sur internet, la batterie descend assez vite. Comparé à un smartphone, bien sûr l’autonomie est meilleure, mais avec l’absence de puce HSPA+ sur mon modèle, je m’attendais à une différence plus flagrante. Petite déception.

Petits détails en vrac

  • La puce Tegra n’est malheureusement pas compatible avec la seule application valable de capture vidéo de l’écran (Screencast) et ne le sera probablement jamais pour des raisons de limitations techniques. C’est la raison pour laquelle je n’ai plus la possibilité de vous faire de belles vidéos des jeux testés sur le site : prenez cela en compte si vous comptez faire des vidéos de vos jeux !
  • Certaines Nexus 7 ont été victimes de problèmes d’écran “qui se décolle” sur le coté gauche, dans les premiers mois de sa sortie. Ce problème mineur ne semble plus d’actualité sur les nouveaux modèles. D’ailleurs, la majorité des premiers modèles ne sont pas touchés par ce défaut.
  • Bien que la Nexus 7 ne possède par défaut pas de port USB ni de lecteur microSD, sachez qu’elle est tout de même compatible avec les adaptateurs USB OTG, permettant d’avoir une “vraie” prise USB, et donc brancher disques durs, clés USB, claviers, souris, manettes de jeux… tous reconnus instantanément et automatiquement par votre Nexus 7 !

Conclusion

Lorsque la Nexus 7 a débarqué, j’étais le premier à penser qu’il ne fallait pas se ruer dessus mais plutôt attendre quelques mois, que la concurrence propose d’autres tablettes 7 pouces Android dans la même gamme de prix, aussi bonnes ou meilleures. Mais six mois après son arrivée, force est de constater que la Nexus 7 est toujours l’une des meilleures tablettes 7 pouces du marché, avec un rapport performances-prix imbattable. Si l’absence du port HDMI vous chagrine tant que ça et que, finalement, vous n’êtes pas si joueur que ça, la Kindle Fire HD pourrait également être un bon choix à prix équivalent, à condition de se priver d’un “Android pur” et surtout du Google Play Store.

nexus-7-cable-otgA VENDRE→ Nexus 7 16 Go comme neuve (1 mois) sous Android 4.2.2 (+ rootée uniquement si souhaité) + boîte et tous les accessoires +câble OTG (pour brancher clavier, souris, manette, disque dur…) +housse-support en simili-cuir (avec allumage automatique de l’écran à l’ouverture). 190€

Intéressés, questions, infos ? Me contacter (un seul exemplaire à vendre)

  • nexus-7-logo-nexus

    Le logo Nexus sur la face arrière.

  • nexus-7-coque-arriere
  • nexus-7-prise-usb

    La prise USB standard de la Nexus 7.

  • nexus-7-cable-otg

    Qui n'en veux ?

  • nexus-7-appareil-photo

    La caméra frontale de 1.2 mégapixels

  • nexus-7-boutons-physiquse

    Les classiques boutons de volume, et le bouton de verrouillage.

  • nexus-7-logo-asus

    Asus aussi à le droit à son petit logo incrusté !

  • nexus-7-android-4-2-2

    Ce moment magique où vous vous souvenez pourquoi vous avez choisi un Nexus.

Testé par Florian Duval • 90%
  • Excellente tablette pour le jeu
  • Rapport performances/prix
  • Écran de bonne qualité
  • Pas de sortie vidéo (HDMI ou autre)
  • Pas de port microSD
  • Autonomie en utilisation perfectible
  1. Tu m’as bien fait rire avec tes trolls! Superbe test avec des commentaires élogieux sur la tablette et au final… une petite annonce pour la vendre ^^.

    • C’est vrai que ça mérite une précision 🙂 … Le test est tout à fait honnête, j’adore cette tablette, seulement je vend celle-ci car je suis passé au modèle 32 Go : à télécharger plein de jeux pour mes chers lecteurs, je commençais à être limite avec la 16 Go ! 🙂

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.