Test : MotoHeroz

test

Avec ce jeu de course à scrolling horizontal, Ubisoft a souhaité s’attaquer à un grand classique tout en prenant le soin de proposer une réalisation impeccable, grâce aux talentueux développeurs de RedLynx, habitués au genre puisqu’ils sont à l’origine des très réussis Trials HD. Il s’agit d’ailleurs d’un succès WiiWare aujourd’hui adapté pour Android.

MotoHeroz est à première vue un énième jeu de petits bolides tout-terrains, où l’on avance vers la droite tout en gérant son inclinaison pour réceptionner au mieux les sauts afin d’être le plus rapide possible. Et c’est bien ce que l’on trouve, du moins dans les premières courses.

De cette grosse impression déjà-vu, on ne se lasse heureusement pas puisqu’au bout de quelques courses, on comprend que MotoHeroz se démarque par la qualité de ses niveaux et le challenge qu’ils offrent. C’est plus subtil qu’un encaissement de bosses et de creux. Ici, chaque niveau est totalement différent, et il faudra parfois faire preuve d’astuce et d’adresse, tout en étant rapide, pour gagner les courses.

Malgré les explications pas bien claires, vous finirez bien par le maîtriser ce jetpack...

Malgré les explications pas bien claires, vous finirez bien par le maîtriser ce jetpack…

Certains niveaux possèdent des power-up qu’il faudra utiliser au bon moment, tel que des jetpacks, des ressorts ou encore des explosions pour interagir avec les éléments destructibles du décor.

Les décors, parlons-en : c’est la grande réussite de ce jeu. Chaque monde possède une ambiance totalement différente (futuriste, désert, neige ou encore jungle) et les véhicules possèdent également un comportement différent, mais toujours cohérent. La physique du jeu est parfaite, et les suspensions bien équilibrées.

Pour autant, ne vous attendez pas à débloquer les “trois étoiles” de chaque niveau du premier coup, ni même d’ailleurs deux étoiles. La difficulté est plutôt relevée, et vous aurez à améliorer votre voiture (accélération, vitesse max et puissance du power-up) pour décrocher la deuxième, puis la troisième étoile. Le trajet de chaque niveau est différent à mesure que votre voiture est plus rapide, et de ce coté les level-designers ont fait un travail vraiment admirable. Enfin, chaque niveau possède un coffre caché, qu’il faudra donc trouver pour gagner des pépètes, et accessoirement terminer entièrement le jeu.

D’un jeu qui semblait peu original, MotoHeroz se démarque finalement par la très grande qualité de ses niveaux et de sa réalisation globale, ainsi que sa difficulté bien relevée qui vous donnera suffisamment de challenge au court de ses 30 courses (d’autres sont à venir). Parfois trop, car rendu à un certain stade (avancé ou non selon votre niveau) il faudra être sacrément bon pour continuer à progresser sans payer dans ce jeu qui laisse peu de place à l’erreur.

  • motoheroz-race

    Les courses sont démentes, dommage qu'il y en ait si peu !

  • motoheroz-stars

    Dans ce jeu, deux étoiles c'est déjà un exploit.

  • motoheroz-teleport

    Les téléportations, une des spécificités de l'enviro futuriste.

  • motoheroz-treasure-chest

    ...et pour trouver un trésor, c'est pas de la tarte !

  • motoheroz-upgrade

    Upgrader la bonne voiture au bon moment est toute une stratégie.

  • motoheroz-wagon

    Le passage du vieux wagon est assez fun.

  • motoheroz-achievements

    Et si la difficulté ne suffisait pas, finissez-donc les 79 accomplissements...

  • motoheroz-bounce

    Les ressorts doivent être utilisés astucieusement.

  • motoheroz-ghost

    Le décor est souvent très réussi.

  • motoheroz-help

    Malgré les explications pas bien claires, vous finirez bien par maîtriser le jetpack.

  • motoheroz-jetpack

    ...enfin, en principe !

  • motoheroz-levels-unlock

    Les mondes se débloquent par système de "quota d'étoiles".

  • motoheroz-looping

    Et parfois oui, il faut freiner pour gagner.

  • motoheroz-mission

    Une mission originale où vous trimbalez tant bien que mal un machin sur votre toit.

  • motoheroz-nacelle

    Un exemple de l'inventivité des level-designers.

Testé par Florian Duval • 91%
  • Graphismes réussis
  • Qualité des circuits
  • Difficulté relevée...
  • ...parfois trop relevée

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.