Test : Mike V: Skateboard Party

test

Le meilleur jeu de skate en 3D sur Android actuellement. Un vrai jeu de skate, “à la Tony Hawk’s”. C’est précisément ce qui manquait cruellement sur l’Android Market jusqu’à maintenant. Heureusement, le studio canadien Ratrod vient combler ce manque d’une belle façon avec Mike V Skateboard Party HD. C’est donc en collaboration avec le célèbre skater (mais aussi catcheur, joueur de hockey, chanteur…) américain qu’est proposé ce jeu.

En grand fan des bons vieux Tony Hawk’s Pro Skater sur lesquels j’ai dévalé des kilomètres en skate (du moins virtuellement, car en vrai c’est moins ça…) je me suis donc naturellement jeté sur ce nouveau jeu de skate.

A première vue, la réalisation est soignée, en particulier les graphismes. Cela se confirme lors du lancement d’une partie en mode Free Skate (l’un des deux modes disponibles). Le jeu ressemble visuellement beaucoup au premier Tony Hawk’s : une caméra assez éloignée du skater, de beaux effets d’ombres, de la couleur, des textures pas exceptionnelles mais suffisament variées. Le tout n’est pas extra-ordinaire mais a le mérite d’être ultra fluide, y compris sur les terminaux qui ne sont pas de la dernière vague (Motorola Defy).

skate-party-tricks-list.jpg La direction se fait à l’aide d’un petit joystick. Celui-ci sert également, en poussant vers le haut, à donner de la vitesse à son skater. Le maniement est assez sensible, plutôt précise. Les skateparks sont bien agencés et vous ne cognerez pas sans cesse dans les objets : il y a beaucoup d’espace.

L’affaire se gâte un peu lorsque l’on commence à essayer quelques figures. La partie droite se compose de quatre boutons : un “ollie”, une main, une chaussure et une barre. Le “ollie”, le plus gros bouton, est à maintenir avant d’effectuer un saut comme son nom l’indique. Le bouton avec la barre permet de “grinder” sur les… barres, mais aussi les bancs, les murets, le haut des rampes ou n’importe quel objet du jeu qui soit “grindable”. Le bouton avec la main permet de réaliser une figure en attrapant le skate, et enfin la chaussure vous fera tourner la planche avec un “flip”.

Les figures se réalisent en combinant l’un de ces boutons avec une direction du joystick. Le problème, c’est que l’on est jamais vraiment sûr de la figure qui va être réalisée. La planche tourne, ou pas, le skater attrape sa planche, ou pas : c’est très aléatoire et l’on a souvent le sentiment de ne pas toujours maîtriser ce qu’il se passe.

skate-party-kickflip.jpg On peut ajouter à cela le fait que la physique du jeu, même si elle est dans l’ensemble très convenable, provoque parfois des réactions étranges. S’il n’est pas rare de tomber sans raison alors qu’on souhaite simplement faire un petit “grind”, à l’inverse, il sera très difficile de manquer la réception d’un half-pipe : même avec une réception perpendiculaire de la planche, le skater reste debout.

Ces petites réactions étranges passées, il vous faudra tout de même un certain temps de pratique avant de pouvoir maîtriser vos gestes et figures, et encore plus de temps avant de réaliser de gros combos (accumulations de figures). La technique vient peu à peu et l’on commence alors à prendre de plus en plus de plaisir à enchaîner les figures, mais vous aurez du chemin avant de réussir à passer les 40 figures du jeu !

En plus du mode Free Skate, le mode Carrière permet de débloquer du contenu au jeu. En tout, 25 accomplissements plus ou moins difficiles vous attendent, allant du simple item à trouver en “grindant” une barre, au record de points ou de combos à marquer dans le temps imparti. En effet, le jeu reprend le principe des premiers “TH” : vous n’avez que quelques minutes pour remplir un maximum d’objectifs tout réalisant des figures pour gagner le maximum de points d’expérience. Ces points sont utilisables pour évoluer les caractéristiques de votre skater, débloquer d’autres personnages (8 au total), personnaliser sa planche, ses “trucks” et ses roues, mais aussi débloquer de nouveaux habits.

skate-party-guitare-skate.jpg Le mode carrière reste assez faible, cependant le contenu du jeu reste très satisfaisant en regard de son petit prix. Si vous n’avez pas la patience de vous perfectionner pour vaincre le mode Carrière, il est possible de débourser plus de 11 euros pour des points d’expérience illimités.

La bande son est réussie. Certes la musique des menus devient vite agaçante de par sa répétitivité, mais le punk-rock qui accompagne nos exploits (le groupe Revolution Mother, celui de Mike Vallely) colle vraiment bien à l’action. Quant aux bruitages, ils sont eux très aussi convaincants.

Enfin, les options du jeu vous permettent de définir le niveau de qualité du jeu mais aussi le mode de direction. Il est alors possible de tourner en penchant l’appareil (accéléromètre). Signalons aussi la possibilité de créer jusqu’à 5 profils de jeu.

En conclusion, pour un premier jeu de skate en 3D sur Android, on ne peut que féliciter le travail de RatRod Studios. Certes, le jeu aurait mérité une meilleure accessibilité dans la réalisation des figures, mais les graphismes sont à la hauteur tout en gardant le jeu fluide et léger. Peut-être qu’avec quelques améliorations ce jeu serait accessible à un plus grand nombre en effacant un peu la barrière de la difficulté, voire de l’énervement dans certains cas. Par ailleurs, on aurait aimé voir un peu plus de modes de jeu, mais à ce prix on ne peut pas tout avoir et surtout du premier coup. Espérons qu’une suite encore plus réussie verra le jour ! En attendant, cela reste incontestablement le meilleur jeu de skateboard sur Android. Alors, plutôt “goofy” ou “regular” ?

  • skate-party-grind
  • skate-party-guitare-skate
  • skate-party-kickflip
  • skate-party-park
  • skate-party-skatepark
  • skate-party-special
  • skate-party-custom-wheels
  • skate-party-fail
  • Graphismes réussis et fluidité
  • Prix accessible
  • Enfin un vrai jeu de skate !
  • Gameplay perfectible
  • Les chargements des menus
  1. Merci pour ce test 🙂
    Moi c’est surtout le gameplay qui me déçoit, c’est surement parce que je suis habitué à Skate de EA.

    Si non c’est pas groofy mais goofy (Jerry), moi je suis regular.

  2. Arg, le gros fail de ma part, le Groofy au lieu de Goofy… j’ai un problème avec ce mot depuis que je connais les jeux de skate !

    Je n’ai jamais joué au Skate de EA mais il faudrait, je vois que son gameplay est pensé différemment.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.