Test : Joe Dever’s Lone Wolf

test

Tiens, un nouveau jeu (enfin pas si nouveau, mais nouvellement gratuit) des Studios Bulkypix. En général, ce studio offre des trucs de qualité. En général. Mais, il faut se méfier des généralités, comme celle que je viens de dire. En général. Pour Bulkypix, ces vieux adages ont raison d’être. Il faut toujours se méfier. En général. Même si ces studios ont bonne réputation. En général. Vous allez me dire qu’avec tous ces « en général », je suis dans une optique non pas 2000, mais militaire. Ce serait faux. Enfin, pas tout à fait faux quand même. Parfois, quand on est testeur, même amateur comme je le suis, il faut savoir passer sous les barbelés, et ramper dans la boue pour y trouver le plaisir de terminer un parcours. Heureusement, avec Joe Dever’s Lone Wolf (que l’on nommera JDLW pour plus de commodité), c’est un beau gazon que l’on traverse debout, avec comme seul obstacle le ciel.

Certains jeux représentent parfois un véritable parcours du combattant. Déjà pour l’obtenir gratuitement par le développeur pour le tester. Ensuite, pour le tester, surtout quand on se rend compte que c’est de la daube en barre, qui ne servirait même pas à faire une vache. Enfin, pour rédiger un avis objectif ou subjectif (j’aime bien brouiller les pistes, comme je marche sur des œufs en continu). Pas facile, n’est-il point ? Mais bon, j’ai voulu faire ça, donc je le fais. Bon, là, pour JDLW, la baisse estivale des prix, ainsi que certains articles sur le Playstore disponibles désormais gratuitement, ont fait que je me suis décidé à le prendre. Il faut avouer quand même qu’il me faisait de l’œil comme une petite allumeuse. De quoi griller une cigarette sur l’autel du plaisir ?

Il était une fois une idée originale

L’air de rien, il fallait y penser : faire d’un mélange de genre un jeu complet. Attention je ne parle pas de mélanges de mélange comme l’on voit fleurir partout dans le Playstore comme des rpgs avec de la dose de tactique, de la dose de stratégie, de la dose de 3D, de la dose d’action, de la dose de…Et là, c’est le drame. Avec toutes ses doses, on ressemble de plus en plus à des drogués ne sachant point reconnaître ce qui est vraiment. Là, même si le mélange est là, il est clair. On a affaire à un livre interactif, dont vous êtes le héros, un peu comme ces livres ayant fait fureur dans les années 80, mais avec un héros qui verra ses caractéristiques, comme dans tout rpg, augmenter au fur et à mesure de l’histoire qu’il écrit de ses actes glorieux.

La mort n'est toujours qu'un commencement

La mort n’est toujours qu’un commencement

Ainsi, cela démarre comme un rpg en définissant vos caractéristiques de départ ainsi que l’orientation globale de votre personnage. Au fur et à mesure des mots, vous affronterez le mal vous entourant par le biais d’une véritable phase de jeu style rpg/action, le tout en 3D. Interface tactile oblige, vous aurez droit aux combos et autres glissements de doigts sur vos adversaires afin de maximiser les dégâts. Une phase assez classique, et très connue pour les amateurs du genre sur Android, mais une phase de jeu qui demeure agréable à jouer du fait de sa prise en main rapide. A chaque combat gagné ou choix fait, une autre page de votre histoire personnelle s’écrira. Et comme toute bonne page, elle se tournera. Facilement, l’ambiance ainsi que la réalisation y aidant fortement.

Il était une fois une réalisation presque impeccable

Comment faire qu’une histoire assez simple puisse devenir envoûtante, au point de ne pas lâcher un jeu ? Simplement (enfin façon de parler), en y ajoutant un ingrédient élémentaire telle qu’une bonne réalisation. Et, vous pouvez jeter, ici, un dé 20, vous êtes certain de faire au moins un 15. En effet, la réalisation tient vraiment la route et ce, sur plusieurs niveaux. Les graphismes des pages qui tournent, la qualité globale des dessins ainsi que des combats (même si sur ces derniers les textures ne sont pas toutes exceptionnelles), les détails visuels de l’inventaire…Énumérer tout ce qui fait que JDLW est beau demeure bien trop long.

Des illustrations magnifiques

Des illustrations magnifiques

Donc parlons un peu des choses qui fâchent. Bon, déjà, d’un point de vue technique…Euh…Bon d’accord, il n’y a pas grand-chose qui fâchent, ici. Mais, en creusant un peu, il y a bien de quoi dire, surtout que je suis doué pour parler beaucoup pour pas grand-chose ! Allez, on va s’attarder sur la musique. Elle est du style médiéval/fantastique. Normal pour un jeu de ce genre, je n’imaginais pas un instant Kassav en train de composer pour ce jeu. Néanmoins, elle manque clairement d’emphase et de grandiloquence, notamment pour les passages de l’histoire qui se veulent un tantinet plus nuancés voire plus sombres. Ce n’est qu’un point de détail, me ferez-vous remarquer avec votre sens aiguisé de la lecture. C’est vrai. Mais parfaire ce point nous aurait amené vers le sans-faute, si l’on ne comptait pas sur l’histoire.

Il était une fois une histoire

Il était une fois un jeu impeccablement pensé, impeccablement dessiné, impeccablement réalisé, mais dont les mots ne vous touchent qu’à moitié. Ces mots qui devaient faire de l’histoire une grande histoire, une histoire longue, émouvante, effrayante, épique. Finalement, ces mots disparurent au fur et à mesure de l’histoire ne laissant que pages blanches ainsi que solitude. Les mots ne sont que des mots, même s’ils sont portés avec grâce. Et des mots simples, trop simples, font d’une histoire une histoire simple, trop simple.

Pas trop mal écrit, mais peut mieux faire

Pas trop mal écrit, mais peut mieux faire

J’espère que vous m’avez suivi jusque-là, et avez compris le sens du paragraphe précédent. C’est aisé : le jeu est bon, voire très bon, bien équilibré, bien pensé. Mais, et là, il s’agit d’un paradoxe, l’histoire qu’il nous sert dessert un peu le jeu. Attention, je ne dis pas qu’elle demeure mauvaise. Néanmoins, elle manque d’originalité ainsi que de rebondissement. J’aurais souhaité, à titre personnel, un peu plus de consistance tant sur le contenu de l’histoire à proprement parler, que sur le contenu (et contenant, par conséquent) des personnages.

Gratuit concernant la première phase du jeu qui vous occupera quelques heures, Joe Dever’s Lone Wolf demeure une espèce d’ovni vidéo-ludique particulièrement réussie. Entièrement en français, il offre un challenge des plus intéressants, mélangeant habilement livre dont vous êtes le héros, et Rpg plus classique. Et ce n’est pas la réalisation, en grandes pompes, mais nécessitant un espace, sur votre smartphone ou tablette, conséquent (un peu moins de 800 mégas), qui vous poussera vers un autre chemin en dehors de celui de l’essayer. Bien entendu, il pêchera un peu par son contenu littéraire, mais ne viendra littéralement pas détruire votre plaisir à grand coup d’épée.

Testé par J.Canonne • 85%
  • Une belle oeuvre
  • Originalité au rendez-vous
  • Un mélange détonnant et étonnant
  • Entièrement traduit en français
  • Une histoire un peu creuse
  1. le jeu a l’air pas mal seul soucis pour moi impossible de lancer l’acte 1 car il n’y a pas de bouton pour lancer l’acte 1 par contre les boutons pour débloquer les autres actes étaient bien présent.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.