Test : Deemo

test

La musique adoucit les mœurs, c’est bien connu. Il suffit juste de voir Hannibal Lecter dans « Le Silence des Agneaux », écoutant Jean Sébastien Bach, en agitant les mains, sous les notes d’« Aria » des variations Goldberg, pour en être convaincu. Oui, la musique adoucit les mœurs. Ou pas… Mais, dans tous les cas, elle tente de les adoucir.

Autant l’avouer avec franchise, je n’ai jamais été vraiment un grand adorateur des jeux basés sur la musique. Entre les Guitar Heroes et compagnie, je n’ai jamais vraiment accroché au genre. Question de goût. Et question d’un manque certain de dextérité, jusqu’à découvrir Deemo, un jeu publié par Rayark Inc, déjà connu pour les succès (mérités) de Cytus et Madora.

Qui ne Deemo consent…

En cet instant, j’aurais pu très bien arrêter d’écrire l’article, et simplement vous dire que l’essayer, c’est l’adopter. Voilà, c’est fait… Mais, ce ne serait pas rendre hommage au jeu ainsi qu’à ses créateurs.

Deemo 8Le jeu demeure pourtant simple : il suffit, à l’aide de vos petits doigts agiles (ou pas, comme les miens) de toucher des traits qui tombent en bas de l’écran, reproduisant ainsi le son d’un instrument (le piano en général) qui s’intègre parfaitement à la musique que vous entendez. C’est bête, facile, et loin d’être méchant, quoique parfois assez technique sur les morceaux plus complexes.

Parlons-en de la musique : elle fait l’une des forces du jeu. Tantôt symphonique, tantôt pop légèrement électrifiée, tantôt contemplative, tantôt jazzy, tantôt nipponne (ni mauvaise), elle sert, au doux coquillage de vos oreilles, des mélodies captivantes. Et comme me dirait mon amie Monny, à un tel niveau, c’est de l’art !

Il m’entraîne au bout de la nuit, le Deemo de minuit !

Deemo 4Si tout se reposait sur la qualité de sa musique, Deemo serait déjà excellent. Néanmoins pour parfaire le tout, il est esthétiquement d’une rare beauté. En effet, chaque fois que vous débloquez un peu de son contenu, en jouant de mieux en mieux les morceaux proposés, se dessine, devant vos yeux éblouis, une véritable histoire s’inspirant autant du fantastique que de la fantaisie. Deemo, un personnage (légèrement inspiré esthétiquement par Jack dans son étrange noël), vivant seul dans un château, recueille, tombée du ciel, une petite fille.

S’en suivra une narration graphique, magnifique, entièrement faite à la main, racontant leur devenir (avec quelques dialogues en français). Et là, vous fondrez… Car il n’y aura pas d’autre issue que de fondre devant tant de poésie et de joliesse. Rarement un jeu, sur plateforme mobile, n’a aussi bien mêlé la beauté musicale à la beauté esthétique. Et cela en fait un jeu unique en son genre.

Vous l’aurez compris, Deemo est un jeu Deemoniaque, dans le sens lumineux du terme. Gratuit, mais entrecoupé par quelques césures malvenues faites de publicités et d’attente, je ne saurai que trop vous le conseiller, car, pour 1.47 euros sans publicités (Oui, Madame ! Oui, Monsieur ! 1.47 euros !) il représente plus qu’un simple jeu, mais une expérience difficilement oubliable, à laquelle l’on reviendra souvent se délecter.

  • Deemo 8

    Parfois, il faut s'accrocher...Et encore, ce n'est que lé début.

Testé par J.Canonne • 91%
  • La Musique !
  • Les Dessins !
  • L’Ambiance !
  • La Magie de l’instant !
  • Un poil lourd en place nécessaire ( 559 mégas nécessaires)
  • Obiwan Kenobi ?
    • Je suis bien d’accord ;=)
      Comme quoi l’originalité paye souvent pour peu que l’on ait de bonnes idées de départ.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.