Test : Battle Star

test

Je ne sais pas si cela vous ait déjà arrivé, mais j’imagine (j’espère pour mon équilibre asocial) que oui, mais parfois, souvent, trop souvent même d’après des instances psychiatriques développées, j’ai envie de tout péter. Comme ça. Pour le fun. Mais pas sans raison. Il y a toujours des raisons à avoir envie de tout péter. Et celui qui me répond que cela lui arrive suite à la digestion délicate d’un cassoulet bien trop copieux n’a rien compris à l’affaire. Et je lui conseille, d’ailleurs, d’aller faire ses petites affaires ailleurs. Moi, quand j’ai envie de tout claquer, je ne choisis pas mes murs, les enduits étant particulièrement longs à faire, mais je choisis un jeu à thème : soit un hack and slash ou un shoot-em-up. Là, ça tombait bien, j’avais de quoi faire sous le coude, et surtout sous l’écran : Battle Star, des Studios Mocoga.

Avec un nom pareil, un peu prétentieux au passage (c’est vrai quoi, la bataille des étoiles, et pourquoi pas la guerre des étoiles tant qu’on y est…ridicule), nul doute n’est permis. On est bien en face d’un shoot-em-up que l’on espère reprenant les tenants ainsi que les aboutissants de ses aînés, tout en proposant un gameplay un peu plus moderne. Oh, on ne demande pas grand-chose pour que la destruction soit totalement bandante, des petits plus, distillés avec élégance, ici et là, minuscules graines d’apocalypse qui mettraient son petit cerveau de futur condamné (oui, ceux qui jouent aux jeux vidéo sont tous des tueurs en devenir, c’est bien connu) en exergue. Alors on a les glandes qui frétillent ou les glandes tout court ?

Un tire-les-tous classique

J’en vois déjà débarquer avec leurs gros sabots. Non, ce paragraphe n’a absolument rien à voir avec une courbette quelconque vers une éventuelle culture qui tendrait à aller avant le « z » pour atteindre le « x ». Il s’agit juste d’une petite mise en bouche sur le contenu réel de ce qu’est un shoot-em-up. En général, on prend un vaisseau et on tire sur tout ce qui bouge. Moins il y a de vivants à l’écran et mieux c’est. Battle Star entre-t-il dans ce cas fort classique ? Carrément.

Une action intense qui devient vite le bordel

Une action intense qui devient vite le bordel

Sans aucun artifice complémentaire d’ailleurs, et c’est bien dommage. Point de scénario. Cela ne sert à rien les scénarios de toute façon, à part tuer des arbres en Amazonie à cause des feuilles sur lesquelles on les écrit. Donc pas de scénario. Vous avez un vaisseau. Vous devez buter les méchants. Le tout dans un scrolling vertical. Voilà, voilà. Vous gagnez de l’argent, des niveaux, de l’équipement avec l’argent. Vous pouvez acheter de nouveaux vaisseaux. Et c’est super.

Et là ! Surprise ! Après, vous continuez à gagner de l’agent, des niveaux, de l’équipement avec de l’argent. Et ainsi de suite. Battle Star n’apporte absolument rien au genre. Bon, il est vraisemblable de dire que c’est toujours bon de tuer tout ce qui bouge et qui essaye de vous tuer. C’est relaxant, la démolition.

Battle Star s’inscrit dans cette vision, et il est le descendant direct de ce qui se faisait, jadis, sur les Atari Stf, Amiga, Sega Megadrive, etc. Mais, étrangement, malgré les années qui les séparent, en moins bien. Et pourtant, en bon fan de rétro, je trouvais que cela ne démarrait pas trop mal, du moins quand j’ai posé le regard sur mon premier vaisseau. Il ressemblait vraiment à un vaisseau tiré de Robotech (l’animation qui passait sur « la cinq » dans les années 1980). J’avoue, mes yeux se sont illuminés de bonheur. Pour peu de temps.

Un évite-le-à-tout-prix

Avec une transition et un titre pareils, vous êtes en train de vous dire : « Hou, il va le dégommer le jeu, mais quelque chose de bien ». Ne vous inquiétez pas, c’est prévu. Pourquoi ? Je vais vous le dire (toute ressemblance avec un ancien président de la république française est une simple coïncidence).

Évitez les canettes est-til synonyme que ce jeu est une poubelle?

Évitez les canettes est-til synonyme que ce jeu est une poubelle?

Ne crachons pas trop sur la réalisation. Elle est correcte, mais vraiment sans plus, et donne ce sentiment de déjà-vu, autant du point de vue graphique que de l’ambiance sonore. Difficile donc de complètement se laisser immergé. Même si l’on a vu pire dans le même genre. Les soucis se trouvent donc ailleurs. En fait, ils apparaissent rapidement et sont liés les uns aux autres.

La difficulté, dans Battle Star, est excessive. Terriblement excessive. Elle se ressent dès les premières minutes où votre écran ne tarde pas à être envahi par des missiles venant de toute part. On se prend rapidement des purges. Et là, comble de bonheur (ironie inside), on vous propose de vous améliorer. Et hop ! La petite boutique traditionnelle des horreurs.

Je n’ai rien contre, du fait que le jeu soit entièrement gratuit. Mais, là, avec des publicités en sus, des appels aux amis comme dans « qui veut gagner du matos », et un grind intensif au départ (autant sur les niveaux spéciaux que sur le chemin dit classique) pour se faire quelques piécettes, Battle Star est surtout la Star du foutage de gueule. Et là, ce ne sont plus les ennemis que j’ai envie de dégommer, mais les développeurs. Carrément ! Car on ne prend plus de plaisir à se loguer sur ce jeu…

Gratuit (mortdelol), avec des multitudes de petits choses qui viendront vous manger le cerveau à longueur de temps, mal équilibré, mal dégrossi, Battle Star vous fera voir bien des étoiles, mais pas celles attendues. Seule une réalisation potable le sauve d’une note sanction, et encore ! Moi qui apprécie les jeux compliqués, je n’apprécie guère les jeux compliqués qui vous poussent à vous compliquer la vie ou vous proposent, fort rapidement, de la faciliter. En résumé, dans ce jeu, on avance à pas d’escargot sur une pente glissante en sens inverse de la montée, tout en bavant comme un dingue, sans le moindre plaisir. Certains l’aimeront sans doute, je dirais que c’est leur problème, pas le mien. Quand on pense notamment à Abyss Attack de Chillingo, lequel est bien mieux sur tous les points, on ne peut que recommander ce dernier à la place de ce « jeu ». Ou, pour ceux qui aiment vraiment la difficulté, un bon vieux R-Type de DotEmu fera l’affaire. Mais, franchement, ne cliquez pas sur Battle Star, à moins d’avoir envie de chopper une diarrhée.  

 

Testé par J.Canonne • 43%
  • Réalisation correcte
  • Certains Boss pas mal foutus
  • Action constante
  • Difficulté
  • Intérêt en conséquence
  • Boutique et publicité en conséquence
  • Amusement proche du néant
  • Ne fonctionne pas sur appareil rooté (testé et désapprouvé)

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.