Test : Alice’s Mom’s Rescue

test

Il était une fois, dans une contrée fort lointaine, une jeune fille prénommée Alice. Bien loin des smartphones et autres gadgets, Alice se reposait dans une jolie plaine 8-bits. Son plus gros problème, ce n’était pas d’être faite de pixels, non; c’est que sa mère, elle aussi un assemblage de petits carrés de couleur, a été enlevée. Lasse d’attendre le prince charmant, elle décida d’aller elle-même sauver sa mère. Bien sûr, ce serait facile si ça consistait juste à abattre un oiseau, mais non ! Son monde était, hélas, fait de plate-formes dangereuses, de papillons tout jolis et de dangers très… dangereux. Son aventure allait s’annoncer très, très périlleuse, malheureusement pour la jeune Alice qui allait mourir maintes fois dans d’atroces souffrances.

Depuis quelques années, il y a une forte nostalgie pour les jeux 8-bits qui s’installe dans le monde du jeu vidéo, en particulier suite au succès de certains jeux vidéo comme Minecraft. Comme avec chaque “mode”, cela a du bon et du moins bon, en particulier quand on voit le nombre de développeurs se revendiquant de cette mouvance du retour au graphismes 8-bits pour tenter d’excuser la piètre qualité de leurs dessins. Heureusement, ce n’est pas le cas ici !

Un monde enchanteur

Alice’s Mom’s Rescue est, comme vous l’aurez compris, un jeu de plate-formes. Assez rétro dans l’ensemble, il vous propose d’incarner une fille aussi jolie que son prénom, Alice. Une petite introduction nous présente le topo, qu’on avait déjà inferé d’après le titre du jeu : il faut aller secourir la mère d’Alice. Mais… Alice, ce prénom ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? En général, quand on pense au prénom Alice, la plupart des gens penseront au conte de Lewis Carroll : Alice au Pays des Merveilles. Le jeu présenté ici y fait amplement référence via des champignons pouvant changer la taille de notre héroïne.

alice-mom-rescue-2

Dès le lancement du jeu, on est accueillis par des graphismes plutôt jolis et une musique assez agréable. Le tout dans une ambiance 8-bits, et pour cause : le jeu a été réalisé pour la Game Park 32, une console portable vieille de plus de 10. Il est même fait pour fonctionner aussi sur Dreamcast ou sur Jaguar, deux consoles que les plus jeunes n’ont probablement jamais connu, et pour cause, elles ont plus de 15 et 20 ans ! La base du jeu avait été réalisée lors d’un concours de speed coding en 48 heures avant d’être adaptée et améliorée pour sa sortie.

Bref, c’est dans un environnement qui, je l’avoue, m’a rendu assez joyeux, que notre chère Alice va sauter un peu partout et crier un peu, beaucoup, voire même un peu trop.

Ne tuez pas Alice !

Après quelques minutes de jeu, même si la musique est plutôt agréable aux oreilles, j’ai coupé le son. Et ce, à cause du cri de mort d’Alice qui fait vraiment mal au cœur. Et mourir, Alice va souvent le faire.

En effet, le jeu est assez difficile. Dès les premiers niveaux, il faut faire beaucoup de sauts précis dont l’échec sera sera fatal et demandera de recommencer entièrement le niveau. Comme beaucoup d’anciens jeux, il incorpore aussi des mécanismes de portes dont il faut récupérer les clés, ce qui demande à Alice de faire de nombreux aller-retours afin de débloquer les différentes parties de chaque niveau, et augmente donc les possibilités. Au-dela de cela, il faut aussi compter avec des plate-formes mouvantes, d’autres qui s’écroulent après quelques seconds, et résoudre quelques énigmes.

alice-mom-rescue-1

Mais à partir du moment où recommencer n’est pas un point dérangeant, vous aurez la chance de pouvoir profiter d’un jeu vraiment agréable, et rappelant avec plaisir les jeux de plate-formes d’il y a quelques années. Même si au début, j’étais assez frustré de mourir souvent, après un moment j’ai réussi à beaucoup mieux prendre en main les contrôles (soit à l’écran, soit avec un clavier physique ou une manette), et à manier les sauts avec plus d’agilité. Cela n’a pas rendu le jeu facile pour autant !

Le jeu offre 25 niveaux répartis dans trois mondes différents, et peut vous prendre quelques heures à terminer selon votre aptitude. On peut sentir qu’il a été réalisé par une seule personne car il a quelques petits bugs de finition auxquels on s’habitue à force, comme par exemple une certaine difficulté à récupérer les clés. Mais cela n’est pas si grave…!

Alice’s Mom’s Rescue est un jeu plutôt agréable, qui ne plaira pas forcément à tous en raison de sa difficulté, mais qui est quand même très plaisant à jouer. Malgré ses quelques défauts, il est plaisant et m’a donné envie de m’essayer à d’autres jeux du développeur qui se trouve d’ailleurs être Français. Bref, jeu proposé à un prix plutôt modeste de 2 euros, il vaut le coup d’être essayé si vous aimez les jeux de plate-formes un peu difficiles.

Testé par Michel • 71%
  • Graphismes
  • Bande son
  • Gameplay rétro
  • Plutôt difficile
  • Cri insupportable

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.