Test : Metal Slug Defense

test

Malgré le fait que Metal Slug fasse partie de ces Run & Gun qui ont traversés les âges pour s’offrir sur presque toutes les consoles, et ce depuis presque 20 ans (ça ne me rajeunit pa…), nombreux sont ceux qui n’ont jamais terminé (ou même essayé) un des nombreux épisodes. L’approche est pourtant moins technique qu’un Contra et la patte graphique plus agréable visuellement. Cet épisode se démarque de la famille en proposant une approche tout autre à l’univers de MS.

MSD (pour les intimes) n’utilise de la licence Metal Slug que ses personnages charismatiques. En effet, plutôt que de diriger un personnage à la manière d’un Shoot’Em Up, vous enverrez vos troupes annihiler la base adverse en empêchant que ceux-ci ne détruisent la votre à la manière d’un Attack/Defense classique. Facile ? Oui et non. Si la nervosité des précédents opus est mise de côté, la tactique est très importante car vous serez limité dans le nombre de type d’unités différentes que vous pourrez exploiter lors d’une mission. Heureusement, la gestion des ressources ainsi que la création d’unités est ultra basique et facilitera l’adaptation au gameplay (on n’est pas non plus sur Civilization, hein !).

metal-slug-defense-combat

Il faudra apprendre à manier votre « Deck » pour le rendre le plus polyvalent possible (ou simplement le plus fort, ca passe…). Ensuite, une fois la partie lancée, vous devrez attendre que votre jauge de point d’attaque se remplisse et utiliser ces points pour envoyer vos unités au casse pipe. Car c’est bien de cela qu’il s’agit tant il n’est pas possible de leur faire faire marche arrière ou des les forcer à attendre leurs compagnons d’armes. Non, une fois envoyées, vos unités fileront droit vers l’ennemi en mode zombie et attaqueront le premier obstacle qu’elles rencontreront et ce jusqu’à la mort. Pour chaque mission menée à bien, vous gagnerez des crédits qui vous servirons à renforcer vos troupes.

Terminer le jeu en mode normal ne fera que débloquer le mode extrême qui « double » la durée de vie du soft puisqu’il vous fera passer par les mêmes niveaux que le mode normal (le coup classique à la Ghost’n Goblins). Et s’il est proposé gratuitement sur le Play Store il ne faut pas oublier l’envers du décor. En effet, démarrer une mission coute des points, qui se rechargeront avec le temps. Une fois à zéro deux choix se proposent à vous, passer à la caisse pour regonfler son quota ou attendre. C’est le seul gros défaut que l’on peut honnêtement reprocher à MSD car, techniquement, il est parfait. Les boss(s) sont énormes et terribles, les ennemis variés et on y trouverait même les bases d’un scénario pour un « HotShots3 part trois ».

Testé par Dimitri Keskinidis • 75%
  • La jouabilité
  • Les graphismes
  • Les Boss
  • Proposé « gratuitement »
  • Proposé « gratuitement »
  • Pas de marche arrière !

Répondre à dav Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce commentaire aurait pu vour rapporter 10 Points.